Running : Toi aussi, tu as couru dans la neige ?

Amis parisiens ou non, je suppose que le récent épisode de neige dans la capitale ne vous a pas échappé. On ne voyait plus que ça sur Instagram et ne parlait plus que de ça aux informations ! Nous avons donc eu un épisode neigeux assez important pour que j’en fasse un article. Pas d’article look dans la neige, non pas cette fois (ni la prochaine fois d’ailleurs). J’avais envie de vous parler de cet épisode neigeux dans le cadre de ma préparation marathon.

La neige a d’abord eu raison puisque j’ai fait une pause de plusieurs jours niveau running pour ensuite adapter ma préparation marathon. Un vrai chamboulement !

Je ne vais pas vous cacher que cette micro pause dans la préparation m’a fait un bien fou : 4 petits jours sans sortie, sans fractionnés, sans rien, c’était un peu long mais très reposant. Et du repos, j’en ai bien besoin (et oui, ça fatigue de courir autant de kilomètres par semaine). Je me suis finalement reprise en main dès le 5ème jour. Vendredi soir dernier, la neige avait totalement fondu dans les rues, et beaucoup de trottoirs étaient redevenus tels quels. Je me suis donc dit que c’était l’occasion pour reprendre. Motivation extrême un vendredi soir à 20h (oui, oui !) pour faire un 10km. C’était franchement pas facile, 4 jours d’arrêt et mes jambes s’étaient déjà volatilisées (mon souffle aussi d’ailleurs !). Bref, tout ça pour dire que ce premier run dans la neige n’en était pas un puisque je l’ai fait dans la rue, sur les trottoirs entièrement déneigé. Sur le coup, j’ai trouvé ça difficile (surtout la “reprise”), mais ça c’était avant d’entamer mes deux prochains runs du weekend.

Oui, car vendredi 9 février à 21h00, mon compteur de kilomètres de la semaine n’était pas bien élevé : 10 kilomètres seulement. Il me fallait donc 30kms pour être dans les clous minimum d’une vraie semaine de préparation marathon (sans grosse pression). Ce qui était fort faisable puisque j’avais prévu un petit 20km avec mes copines de l’athlétisme le samedi et je rejoignais les Happy Runners parisiens pour un run à Versailles le dimanche.

Les deux prochains runs en compagnie furent bien plus épiques que le premier sur les trottoirs déneigés de l’ouest parisien.

Première run : RDV, le samedi matin à 8h30 au Bois de Boulogne, soit moins de 12h après le run de la veille (on a connu mieux comme idée). Je rejoignais mes copines du club d’athlétisme, et nous avions prévu une sortie de plus de 1h30 voire 2h. Parfait pour ma préparation marathon. Sauf que nous avons couru dans le bois complètement enneigé. C’était franchement magnifique et hors du temps, tout était blanc, il était encore tôt, il n’y avait pas grand monde (nous avons croisé quelques skieurs), mais je n’étais clairement pas dans mon élément (et pas du tout préparé psychologiquement). Croyez-moi lorsqu’on est habitué à faire que de la piste et de la route, une sortie longue dans un bois enneigé on ne le vit pas pareil. Au bout du 14ème kilomètres, j’ai commencé à avoir mal aux genoux, et aux hanches.. Un terrain enneigé n’est pas un terrain plat, et on ne sollicite pas du tout les mêmes muscles. L’effort est complètement différent. Je me suis donc arrêtée au 16ème kilomètre. Un peu frustrée je l’avoue (mais mon corps m’a remercié de ne pas être allée plus loin dans la journée…). La journée fut effectivement très longue, j’ai eu mal dans l’aine. Finalement, je me suis bien étirée le soir avant de me coucher, et j’ai senti l’amélioration.

Deuxième run : RDV, le dimanche matin à 9h avec le Happy Running Crew à Versailles. Je me sentais beaucoup mieux par rapport à mon état de la veille, mais je savais que c’était un peu de la folie de retourner courir. Impossible pourtant d’annuler, les sorties Happy Running Crew n’ont pas lieu toutes les semaines, ce serait dommage de ne pas m’y rendre, en plus celle-ci a lieu à Versailles, où je ne vais jamais courir. Le parc du Château était fermé lorsque nous y sommes allés, nous n’avons pas pu y courir, mais ce n’était peut-être pas plus mal car nous avons fait 7 kilomètres autour d’un lac où la neige était en train de fondre et je n’étais pas très à l’aide entre le verglas, la boue neigeuse… Si seulement, j’avais pris mes affaires de trail.

Et puis, même si je me suis bien étirée la veille, je sens la sortie de la veille qui fait surface. Nous finirons la sortie dans les rues de Versailles, pas toute praticable mais nettement mieux que le jardin où nous étions allés. Pourtant, mon corps n’est plus là. Impossible d’avancer, je souffre réellement. Je n’ai qu’une envie, me doucher et me reposer sous la couette.

Ce sera donc un total d’environ 13 kilomètres pour cette deuxième sortie dans la neige. Pas la plus évidente, la neige fondue est apprivoiser si on veut éviter les blessures !

Je ne sais pas si de votre côté vous avez continuer à courir malgré la météo, et vous êtes essayé au “trail” avec la neige… Je suis curieuse de savoir !

En tout cas, cette période de neige m’aura permis d’en apprendre un peu sur mon corps et de sortir de ma zone de confort. Si je suis hyper à l’aise sur piste et route, je ne suis pas du tout préparée pour des trails ou des cross (d’ailleurs, je songe à m’essayer aux cross l’an prochain). Et j’ai peut-être un peu oublié ce fait lorsque j’ai enchaîné mes runs dans la neige. Alors oui, ce n’était pas vraiment du trail, mais j’étais clairement sur un terrain que je ne maîtrisais pas du tout : neige fraîche, neige fondue, verglas…  Et j’aurais pu me blesser car clairement j’ai trop forcé.

Si je peux vous donner quelques conseils pour continuer vos sorties malgré un changement climatique (ou de terrain, mais je parle ici surtout pour une arrivée de neige imprévue) les voici :
Adaptez vos runs : il vous sera impossible de suivre à la lettre une préparation entamée, alors autant vous le dire dès le début plutôt que de tenter le tout pour le tout. L’objectif n’étant pas de rien faire mais de le faire mieux au vu des conditions météorologiques. Faites en moins, mais mieux !
Adaptez votre tenue : oui, il faut aussi veiller à votre tenue. J’avais pour ma part, bien prévu l’épaisseur et les affaires pour le froid mais j’aurais du laisser mes baskets de running au placard et prendre des baskets de trail qui auraient bien mieux adhérées sur la neige.
Écoutez votre corps : si votre corps vous dit “STOP” plusieurs fois, écoutez-le ! C’est frustrant mais parfois bien plus judicieux, et cela vous évitera des blessures potentielles.
Reposez vous : doublez votre dose de repos ! Ne sous-estimez pas le fait qu’un run dans un terrain différent (la neige ici) peut vous fatiguer bien plus que vos runs habituel. Alors prenez le temps de bien vous reposer !
Ne culpabilisez pas : ce n’est pas parce que vous en faites moins que votre préparation sera affectée. En terrain différent, on travaille d’autres choses qui seront également bénéfiques. Et surtout, dites-vous que cette phase de changement est temporaire.

Il s’agit de petits conseils personnels que je veillerai pour ma part à bien appliquer la prochaine fois. J’ai sous-estimé les chutes de neige, j’ai voulu continuer ma préparation, et  mon physique s’en est trouvé affecté. J’ai eu de la chance car tout s’est bien passé, mais j’aurais clairement pu me blesser. Alors on y va tranquille et on profite du paysage atypique, car vraiment ces paysages enneigés, c’est ce que j’ai préféré durant ces sorties.

Et vous, vous avez réussi à courir durant cette période de neige ?
Comment avez-vous vécu ces sorties ?

Je suis curieuse wink
Bon weekend !

6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emoticons Smile Grin Surprised Cool Mad Wink Cry Crazy Exercise Tongue Out Laughing Tears Kiss Kiss Love Love Tears smug mask silent scream angry heart