(Compte-rendu) Yéti Race

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, je pense à Instagram plus particulièrement, vous savez très certainement que je suis partie à la montagne début mai. Oui, oui début mai… Je suis partie à Tignes et il neigeait ! Il faut dire que nous étions à plus de 2000m d’altitude. Si je suis allée à la montagne, c’était pour participer à la Yéti Race et représenter le Happy Running Crew. La Yéti Race c’est une course à obstacles en binôme dans la neige. Je l’ai effectuée en binôme avec un journaliste sportif que j’ai rencontré pour l’occasion. Un chouette weekend qui fut court mais intense et dont je me souviendrais longtemps. Je vous retrouve aujourd’hui sur le blog pour un petit compte rendu de cette course. En avant !

Qu’est-ce que la Yéti Race ?

Comme dit ci-dessus, il s’agit d’une course à obstacles se déroulant dans la neige. Cette année, il y avait 3 dates : le 16 décembre à la Plagne, le 12 mars aux Menuires et le 7 mai à Tignes. J’ai donc participé à la dernière édition de la saison.

Pour chaque édition, il y a deux formats de courses : la « BIG » un parcours engagé avec du dénivelé et sur une longue distance d’environ 15-20km, et la « SOFT » un parcours plus accessible de 10km mais qui reste sportif avec un peu de dénivelé. Pour ma part, j’ai fait la 10km, et ce n’était pas de tout repos ! Il y avait, en effet, environ 8 ostacles : tir, tir à l’arc, épreuve de puzzle, luge… Sachez que même si la course s’apparente à une course « fun », il s’agit d’un réel effort que de courir dans la neige, de plus la course est chronométrée.

L’arrivée à Tignes

Nous sommes arrivés à Tignes, il neigeait tellement et le temps était plutôt mauvais. À tel point que nous n’avons pas pu skier le samedi. J’en ai donc profité pour me reposer et admirer le paysage. C’était plutôt sympa cette ambiance d’hiver au mois de mai. Le midi, c’était tartiflette histoire de se mettre dans le bain ! Nous avons ensuite fait un tour au village de la course pour découvrir quelques épreuves, notamment le tir. J’ai fait quelques essais… C’était pas gagné ! Le soir, nous avons mangé encore local mais j’ai pris des pâtes (bon ok… des gnocchis au reblochon !) pour prendre quelques forces pour le lendemain. Pour clôturer le repas, nous avons eu le droit à un petit brief de la course. J’étais un peu stressée par ce qui nous attendait le lendemain… La neige, le froid, le dénivelé… Un environnement auquel je ne suis pas du tout habituée.

Le jour J : la course

Réveil vers 8h15, notre départ est prévu pour 11h15. Après un petit déjeuner pas trop lourd, je me suis empressée de retourner dans ma chambre pour me préparer. J’ai enfilé couches sur couches afin de ne pas mourir de froid. J’embarque également avec moi mes lunettes de soleil et me fais une « jolie tresse »… Je ressemble à tout sauf une sportive ! Avant de quitter ma chambre, j’aperçois par la fenêtre des gens qui ont déjà pris le départ de la course précédente : le format BIG.
Nous arrivons un peu avance, le stress monte, monte, monte ! La neige continue de tomber et les gens ont l’air tellement mieux équipés que moi… Je me rends compte que j’ai oublié ma montre, tant pis cFinalement, nous sommes tellement en avance que nous prenons le premier départ : celui de 11h. C’est parti en avant pour 10 kilomètres dans la neige avec 8 épreuves.

Ayant étudié le parcours la veille, j’appréhendais énormément ces premiers kilomètres : 4 kilomètres de montée, sans la moindre épreuve. Le début est difficile je ne vais pas vous le cacher : je n’ai plus de souffle ! La faute à l’altitude et au sacré dénivelé, et très certainement à mon manque d’entraînement dans un tel environnement. Heureusement que Gaëtan, le journaliste sportif m’accompagnant, est là. Il semble avoir beaucoup plus d’expérience que moi, il me donne quelques conseils qui me garde motivée malgré la souffrance. Même si ces 4 premiers kilomètres ont été longs, nous avons eu beaucoup de chance car  vers la fin le soleil a fini point le bout de son nez et c’est fort agréable. J’ai même trop chaud avec toutes les couches que j’ai mises !
S’enchaînent ensuite les épreuves. La première : celle du tir à la carabine. Nous nous étions un petit peu entraînés hier sur le village, et je suis bien meilleure que la veille ! Tant mieux. Nous voilà repartis, il nous reste une petite montée avant de descendre. D’ailleurs, en trail la descente est tellement plus difficile, il faut être sacrément vigilent… mais une fois qu’on a pris le « coup de pied » (si je puis dire) c’est bon et ça devient même vite « fun » (oui, oui !).
Mention spéciale pour la vue qui à ce moment de la course est tellement magnifique… Je sors mon iPhone pour immortaliser ce moment. Dommage que ce soit une course je me serais bien arrêtée là pour observer davantage la vue, et écouter le silence.

 

Quelques petits clichés pris avec l’iPhone durant la course…

Nous retournons sur le plat vers le 5ème kilomètre. Gaëtan me dit que cela fait déjà plus de 45 minutes que la course a commencé… Bien sûr, je ne compare pas avec mes autres courses de 10km car cela n’a rien à voir… Nous n’avons quasiment pas couru durant la première partie, si ce n’est peut-être durant la descente, mais finalement en y repensant je dirais plus qu’on a « sauté » que couru ! Le premier ravitaillement arrive : il est tellement complet. Il y a des twix, des barres, de l’eau, du jus… Je prends de l’eau mais c’est tout, je ne peux rien avaler.
La seconde partie de la course est parsemée d’épreuves en tout genre : j’ai adoré le labyrinthe les yeux bandés, un peu moins aimé l’épreuve de la scie où en binôme nous avons du couper un tronc et je me suis éclatée sur l’épreuve finale de la luge !
Les kilomètres semblent de plus en plus longs… mais en même temps je ne vois pas le temps passer. Cette course de 10km est nettement moins monotone qu’une course classique. Je profite à fond même si la fatigue se fait sentir.

Finalement, nous passons la ligne d’arrivée en moins de deux heures. Je suis tellement contente d’être arrivée et d’avoir fait cette course. L’ambiance à l’arrivée est top : un ravitaillement au top avec plein de barres gourmandes, des fruits secs, des bananes, des pommes… Miam ! Suivi de ça un barbecue géant attend tous les participants.

Pour conclure

J’ai vraiment adoré ce weekend à la montagne qui m’a aussi permis de découvrir Tignes que je ne connaissais pas. Je garde également un excellent souvenir de la Yéti Race. Moi qui ne suis pas une habituée des trails et encore moins de la montagne, j’ai déjà envie de recommencé. L’ambiance et l’organisation de la course étaient tellement top. Bravo à toute la team de la Yéti Race et vivement l’année prochaine pour une nouvelle édition !

Et vous les runners, avez-vous déjà couru dans la neige ?
Est-ce que la Yéti Race vous tenterait ?


J’espère que ce petite compte rendu vous a plu et vous a donné envie.
Très belle journée à tous xxx

 

2 Commentaires

  1. 31 mai 2017 /

    Elle est très sympa cette course, je n’ai jamais couru dans la neige mais j’imagine que ça doit être dur !
    Bisou ma belle
    http://lilouuuu.com

    • Camille
      Camille
      4 juin 2017 /

      C’est difficile mais tellement chouette comme environnement que l’on passe vite au dessus :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emoticons Smile Grin Surprised Cool Mad Wink Cry Crazy Exercise Tongue Out Laughing Tears Kiss Kiss Love Love Tears smug mask silent scream angry heart